Gaspillage matériel

Consommation énergétique

Extrait du document "A Growing & Power Hungry Internet"

Extrait du document « A Growing & Power Hungry Internet »

Le secteur de l’informatique (et du traitement des informations en général) a explosé depuis la seconde moitié du XXème siècle, augmentant drastiquement les besoins en énergie. Bien que l’efficacité des machines soit meilleure grâce aux progrès matériels, la demande en ressources toujours plus pesante des logiciels est devenue écrasante.

Les chiffres donnent le tournis :  les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) représente 2% de la consommation énergétique mondiale. Internet y prend part à hauteur des 3/4. D’autre part, pour prendre l’exemple du secteur des Banques et Assurances, la facture énergétique du Système d’Information représente jusqu’à 30% des dépenses d’une entreprise, soit plusieurs millions d’euros par an.

Toutes ces surconsommations sont souvent dues à une mauvaise gestion de la couche logicielle, qui peut être trop gourmande en ressources pour l’usage qu’elle en fait.

Déchets et obsolescence programmée

La généralisation des appareils électroniques ont également fait apparaître un phénomène d’obsolescence programmée. La loi empirique de Moore (co-fondateur d’Intel) qui indique que le nombre de transistors sur un processeur double tous les deux ans, a permis de créer des machines toujours plus puissantes, mais qui sont également susceptible d’être très vite obsolètes. En effet, vu que les machines sont de plus en plus puissantes et que la différence de puissance est toujours plus grande, les possibilités offertes sont vite utilisées par les développeurs, rendant difficile pour les anciennes générations d’ordinateurs de suivre l’évolution.

La loi de Niklaus Wirth (1995) établissant que « les logiciels deviennent de plus en plus lent lorsque le matériel devient plus rapide » permet de bien modéliser la situation. Prenons pour exemple la consommation du duo Microsoft Windows & Office : entre 1998 (Windows 98 et Office 97) et 2010 (Windows 7 et Office 2010), la demande de mémoire vive a été multipliée par 71 (Source : Frédéric Lohier et Frédéric Bordage, GreenIT.fr, 2010. Pour plus de détail, voir ici). Il devient plus difficile de faire marcher correctement le duo Windows & Office sur des machines encore récentes (moins de 4 ans).

throw your dechets correctement

© 2017: Les Enjeux de l'éco-conception logicielle | GREEN EYE Theme by: D5 Creation | Powered by: WordPress