Une réelle efficacité ?

La consommation électrique d’un site tel que Facebook s’élevait il y a peu à 100 millions de kWh pour alimenter ses 30 000 serveurs, soit une facture globale de 20 millions d’euros par an. Comme la majorité des sites internet à l’heure actuelle, Facebook utilisait du PHP, très simple et facile à déployer. Cependant, ce langage n’est pas économe en énergie, entraînant donc une surconsommation des systèmes informatiques.
Face à cette énorme consommation, Facebook a simplement choisi de transformer son code PHP en code C++. Pour cela, l’entreprise américaine a décidé de développer HHVM (anciennement HipHop for PHP), un ensemble de logiciel permettant  d’analyser le code,  de déterminer son architecture et de traduire les différentes variables.

sorry, we can't show you this beautiful picture.

Le résultat est frappant : le nombre de serveurs nécessaires au fonctionnement de Facebook a été divisé par deux, permettant ainsi d’éviter le rejet de 60 000 tonnes de CO2 sur une année. La consommation de ressources CPU a diminué jusqu’à 50% pour le même trafic. De la même façon, l’application mobile de Facebook est passée du HTML5 au langage Objecive-C, afin d’obtenir une plus grande vitesse d’exécution.

De façon générale, utiliser un langage compilé permet de réduire considérablement les ressources informatiques nécessaires à l’exécution d’une application.

© 2017: Les Enjeux de l'éco-conception logicielle | GREEN EYE Theme by: D5 Creation | Powered by: WordPress